La Resistance

Anciens militaires et résistance

Carte du combattant de M. Hauvet Camille, ancien boulanger à Paron,  Avenue de la Liberté.

 

Carte du combattant de M.Hauvet Camille, ancien boulanger à Paron, Avenue de la Liberté.

 

 

 

 

Livret militaire de M. Hauvet Camille


Livret militaire de M. Hauvet Camille

 

 

 

 

 

 


La libération de Sens le 21 août 1944 "L’arrivée des Américains"

Monument Kléber

La libération de Sens est originale au sein du département de l'Yonne. C'est en effet la seule ville à être située sur l'itinéraire de la IIIème Armée américaine et à avoir été libérée par elle. L'événement fut très rapide. Il n'y eut que quelques combats assez brefs et très localisés qui durèrent le temps d'un après-midi.

 

 

 

 

 

Guerre aôut 1944
Les Américains qui entrent à Sens au début de l'après-midi du lundi 21 août 1944 font partie du 6ème régiment de cavalerie, unité de reconnaissance du 12ème corps d'armée, lui même intégré à la IIIème Armée du général Patton. Le 6ème régiment de cavalerie était une unité de reconnaissance que Patton se plaisait à nommer sa « cavalerie privée. » Cette unité se caractérisait par sa rapidité et sa mobilité : composée de Jeeps armées, de half-tracks, de M 8 (voiture blindée armée de canons de 37 et de mitrailleuses lourdes), véhicules par ailleurs presque tous trafiqués par les mécaniciens de l'unité afin de les rendre plus rapides et plus autonomes. Il n’empruntait que les routes départementales, les chemins vicinaux et au besoin coupait à travers champs. Il était en liaison permanente et directe avec le Q.G. de Patton sans être astreints à emprunter la voie hiérarchique officielle ainsi qu’avec de petits avions Piper de reconnaissance.

6ème régiment de cavalerie contourna Montargis

Partis le matin de Fay-aux-Loges, à l'est d'Orléans, le 6ème régiment de cavalerie contourna Montargis. Les forces allemandes de Sens qui étaient en contact radio avec celles de Montargis recevaient donc des renseignements leur indiquant que les Américains n'étaient pas encore arrivés à Montargis alors qu'ils avaient déjà dépassé la ville. Arrivés en haut du Chemin Neuf à Paron vers 13h15, les premiers éléments du 2ème escadron constatent que les ponts sur l'Yonne sont intacts ; les petits avions Piper de reconnaissance que les Sénonais commencent à observer d'un oeil curieux, les préviennent que Sens n'est pas occupé par des forces allemandes considérables. Contact radio est alors pris avec le P.C. de la IIIème Armée installé en forêt d'Orléans. Le 6ème Régiment de cavalerie reçoit l'ordre d'attendre quelques renforts. Arrivent des éléments du 11ème régiment de cavalerie venus du nord (région de Villeneuve-la-Guyard) puis du 2ème régiment de cavalerie (venu du sud) et enfin du 3ème régiment de cavalerie.