La légende de Saint Bond

Hermitage

 

La tradition veut qu'un pénitent du nom de Bond ait fondé un ermitage sur la colline qui domine le village. Sur la plaque d'entrée du domaine Hermitage avec un "H".

 

Saint Bond

 

Extraits d'après Dom Patrice Cousin
Anciens ermites et ermitages de l'actuel diocèse de Sens
Bulletin de la Société des Sciences de L'Yonne
Tome 102-1967-1968

 

 


Paron gravure

Bond (Bond ou Baud ; Baldus : hardi en germanique) était le fils unique d’une famille originaire du sénonais et établie en Espagne. L’annonce avait été faite à Bond qu’un jour, il serait parricide. Pour éviter que n’advienne ce crime,  il quitta secrètement ses parents et son pays et vint se fixer dans les environs de Sens.

Toutefois, après plusieurs années de recherche, ses parents parvinrent à retrouver  le lieu de sa retraite.  Accueillis par la femme de Bond et exténués de leur long voyage, ils se reposèrent dans le lit conjugal de leur fils. La femme de Bond voulut prévenir son mari parti à la chasse de l’arrivée de ses parents,  mais celui-ci avait emprunté  un chemin de retour inhabituel et elle ne le rencontra pas.

Aussi, lorsque Bond rentra, il trouva un homme et une femme étendus côte à côte dans le lit conjugal. S'imaginant surprendre sa femme en flagrant délit d'adultère, il les tua tous les deux. Lorsque Bond prit conscience de son acte et de l’accomplissement de la prédiction, il fut plongé dans la douleur. Il entreprit alors un voyage de pénitence pour Jérusalem puis Rome, où le saint Pontife l’adressa à l’évêque de Sens, Arthème, célèbre dans toute la chrétienté. Ce dernier lui donna pour pénitence d’aller sur la « montagne » proche de Sens, d’y planter un bâton sec et de l’arroser chaque jour  avec l’eau de l’Yonne, jusqu’à ce qu’il prenne racine et reverdisse, preuve alors que ses péchés lui seraient pardonnés.

 Ce que fit Bond incessamment durant plusieurs années, avec une cruche d’abord puis, lorsqu’elle fut cassée dit-on par la volonté du Diable, avec un panier d’osier… Années durant lesquelles Bond vécut dans un abri, dans la masse crayeuse du sommet. Puis vint le temps de l’accomplissement de miracles : un jour il transforma en farine les cendres qu’une  villageoise affamée allait vendre au marché ; un autre jour, il fit vivre un enfant mort-né qui eut le temps d’être baptisé avant de mourir ; enfin, sur la « montagne », il vit son bâton bourgeonner et porter de tendres feuilles, signe pour lui de la miséricorde de Dieu. Il mourut ainsi en réputation de sainteté.

Paron reconstitution

 

Reconstitution en 2003, par Mr Glaizal, d'après une gravure de 1650, une autre gravure de 1760 (imprimé du Grand Séminaire de Sens) et d'un plan des archives de l'Yonne G1537.
Nef :
Longueur : 13,30 m
Largeur : 5,40 m
Hauteur : 10,50 m
Flèche : 21,80

 

 

Paron Saint Bond virtuelParon Saint Bond virtuel

Reconstitution en images de synthèse volumique, d'après les indications de Mr GLAIZAL (2003).